logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/01/2008

Premier jour

Ta « bonne » résolution de m’écrire me réjouit, mais il faut que tu saches que le courrier suit le trajet suivant avant de t’arriver et/ou de m’arriver :
Quand je t’écris, le courrier part à 7 h de ma cellule, « ouvert » c’est-à-dire non collé. Comme je suis « prévenu », il transite chez le Juge d’Instruction qui a « un droit de regard » pour les besoins de l’instruction… et qui l’expédie… quand il a le temps. En pratique, il faut compter de 7 à 10 jours. Pour le courrier que je reçois, il arrive à la prison qui le fait transiter par le Juge d’Instruction qui le re-expédie à la prison, qui me le remet « ouvert », vers 11h30.
Lorsque je serai « condamné », puisque la vérification se fera sur place, cela ira donc plus vite.

Continuons notre visite.

Je vais te présenter ma nouvelle "résidence".
On peut y être pour quelques jours, quelques mois, quelques années...
En arrivant, ce qui impressionne, c'est le nombre de portes : 4 pour arriver à "l'accueil", pour faire 15 m.
A l'accueil (le greffe), passage obligé à toute entrée ou sortie, m'ont quitté mes accompagnateurs (la police). Là, c'est de nouveau, état-civil, signes particuliers, photo, empreintes digitales et/ou empreintes biométriques.

Depuis 2004, la prise d’empreintes digitales (toute la main) sans encre, avec relais informatique et donc photo + signes particuliers est mise en place et sert à tous les déplacements (sorties de l’établissement) et lors de contact avec les gens de l’extérieur (parloir) pour éviter la substitution d’individu…
C’est au greffe que t’est attribué un numéro d'écrou que tu gardes jusqu'à ta sortie (si on doit y revenir, c'est un numéro nouveau). Pour moi : 37876. En fait, c'est un numéro chronologique et par comparaison avec un ancien et un nouvel entrant, je me suis rendu compte qu'il y avait une centaine d'entrées par mois (au 01/11/02 - la moyenne est passée à 115 sur 10 mois). Et comme le nombre total de détenus ne varie que de 10 à 20 par mois, on peut considérer qu'il y a aussi une centaine de sorties (libération ou transfert vers un autre lieu) - cela fait beaucoup de "mouvements"..., plus de 200... par mois.
Après cette première étape, c'est la "fouille" (qui a lieu chaque fois que tu vas être ou as été en contact avec l'extérieur). Il s'agit de se déshabiller entièrement et les vêtements sont palpés. Ce qui est recherché, ce sont les stupéfiants (sous toutes leurs formes) et/ou un objet pouvant être dangereux et/ou les téléphones portables. Tu te rhabilles et on te prend ce qui ne t'est pas indispensable, une liste en est faite. On ne te laisse que montre, alliance, médaille religieuse. Tes papiers d'identité sont pris. A priori, les piercings ne sont pas tolérés - personne n'en a. J'ai oublié de te dire que l'argent que tu as sur toi est pris à l'accueil, il est mis sur ton compte individuel (pécule) qui est à ta disposition pour "cantiner".
Il n'y a aucune circulation d'argent. Ainsi, ayant été incarcéré 2 jours avant la mise en circulation de l'euro... à ce jour, je n'en ai jamais vu (en vrai)...

A la fouille, on appelle aussi ce lieu « vestiaire », tu reçois ton paquetage (comme à l'armée), c'est-à-dire housse de matelas, draps, couvertures (2), affaires de toilette de première nécessité : brosse à dents, dentifrice, crème à raser, rasoirs jetables, papier hygiénique, savon, serviette et gant de toilette + vaisselle (assiette, verre, bol, cuillère à soupe et à café, fourchette, couteau qui ne coupe pas...).
A l'accueil, avaient été donnés également 2 livrets sur la vie en prison et une série d'étiquettes que tu vas distribuer dans les premiers jours, dans tous les services où tu vas passer. Est également faite, une carte d'identité interne avec photo et empreinte digitale...
Après la fouille, tu es amené, avec ton gros paquetage informe et difficile à porter, au centre de la détention, sorte de PC, charnière de toutes les directions, c'est là que j'ai appris l'étage et le n° de ma cellule.
J'y suis allé et je m'y suis installé.

------------------------------------------------------------------------

Rajout :

J’ai répondu à Merise, sur les conditions de rédaction de ces textes, je ne suis plus en détention, mais cela a été écrit, au jour le jour. Volontairement, je n’ai pas fait de modifications « de fond », sauf rarement, lorsque j’avais mal interprété certains faits et/ou attitudes, ou lorsque la réglementation et usages ont changés depuis ma libération et mon incarcération qui date de 2001 -2004.
Il s’agit, en effet, de « révélations », dans la mesure où « personne » n’en parle… par ignorance (si vous ne l’avez pas vécu, vous ne pouvez (devez) pas en parler) – je pense à certains ténors –VIP- qui affirment sans connaître, même s’ils ont fait quelques temps de la prison, par pudeur (lorsque l’on est ancien détenu), car il est (souvent) très difficile de se rappeler ces moments qui, quoiqu’il en paraît, restent très pénibles, même pour les plus « réalistes » et philosophes (comme moi)…

J’ai souvent dit, à ceux qui venaient me voir au parloir : « C’est comme l’hôpital, on a rien à faire, et on attend, c’est quand même mieux, car on n’est pas malade »… Il manque aussi la possibilité « aller et venir » à sa guise…, la « bouffe » y est moins acceptable…
Quand j’ai discuté avec des jeunes (18/20 ans) au passé chargé, ils comparaient la prison au « foyer » (placement judiciaire, pour mineur délinquant), sauf qu’il n’y a pas de filles (en prison)…. Cette réflexion (souvent entendue) vous laisse découvrir la valeur « curative » de la prison pour ces jeunes…
Paul DENYS, 13/01/2007

Ah oui, les portes, c’était galère, il faut tout le temps attendre et cela fait un bruit terrible qui me reste en mémoire, 3 ans après…, un clac pas possible que l’on entend toute la journée et même la nuit, lors des rondes. Moi, j’étais, un moment, près de l’entrée de l’unité, aussi, c’était quasi permanent, le boucan…
Je me rappelle de mon arrivée, la première fois, et je t’avoue que la fouille, j’ai pas aimé. Me retrouver à poils devant le mec de la fouille, un peu trop soupçonneux et curieux, j’ai pas aimé qu’on me prenne pour un gars pas clair et dangereux… et entièrement à poils, jambes écartées, courbé, on te fait toussé…bref, j’ai appris plus tard pourquoi, mais la première fois, ça frappe…
De Alex, le 17/01/07
………………………………………………………………………………………..

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à TOP SERVICES, 7 Bld d’Alsace à 57070 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).


--------------------------------------------------------------------

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique