logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/05/2008

Conditions matérielles d'une Garde à vue

L’« avant jugement » et la « garde à vue »

L’actualité parle, régulièrement, de ce que l’on appelle « la garde à vue ».
Pour moi, c’est le moment, c’est le lieu le plus infect, celui qui m’a laissé le plus de mauvais souvenirs… Je vais essayer de vous décrire ces heures avec objectivité.
Ici, en détention, c’est un sujet fréquent de conversation, je n’ai jamais entendu quelqu’un me dire que c’était un moment « pas pénible » et ce, pour plusieurs raisons.
Ce qui va suivre, bien sûr, au niveau des lieux, ne concerne que l’Hôtel de Police de Metz que j’ai connu, en ce qui concerne les faits, j’utiliserai ce que j’en ai entendu par d’autres.
Tout d’abord, je tiens à vous préciser qu’en théorie, c’est au moins ce que le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice nous ont dit, ce que je vais vous décrire n’existe plus…
Cependant, je vous dirai qu’à ma connaissance, il y a mieux, mais il y a aussi pire… ce que j’ai du mal à imaginer…
Voyons comment « une garde à vue » se déroule, j’aurai l’occasion de faire plusieurs digressions pour vous en expliquer un peu plus.

La durée :

C’est elle, en fait, qui me décide à te faire ce topo, aujourd’hui. En effet, il a été annoncé que la durée de garde à vue passerait à 4 jours (96 heures), au lieu de 48 h (mais dans 48 h, il peut y avoir 3 nuits – nous en reparlerons). Jusqu’à maintenant les 4 jours existaient déjà lorsqu’il s’agissait de procédure mettant en cause le trafic de stupéfiants et le grand banditisme. Certaines fois, je crois, « la garde à vue » pouvait être prolongée à 3 jours, mais c’est l’exception qui confirme la règle.

Conditions matérielles :

C’est là que se posent les problèmes, 24 h (1 nuit), ce n’est déjà pas agréable, 4 jours, cela devient, dans les conditions que j’ai connues, tout à fait inhumain, inacceptable, indigne de notre société dite humanitaire, dite civilisée… « La garde à vue », c’est en fait un temps d’interrogatoires, coupés par des temps dits de repos, et je vais, d’abord, vous parler de ces périodes de repos.
Elles ont lieu dans ce que l’on appelle une geôle (c’est le terme employé par la police), le dictionnaire vous donne comme définition : cachot, prison… Et c’est bien le cas…
En général, elles se trouvent (et c’est le cas à Metz) en sous-sol, souvent sans fenêtre, donc, sans air, sans chauffage, avec parfois des hublots qui te permettent de savoir si tu es en période de jour et de nuit.
Faisons une parenthèse : dans les séries TV françaises (et elles sont nombreuses), l’on voit toujours (ou très souvent), des cellules où les personnes mises en « garde à vue », le sont à la vue de tout le monde, dans des cages à barreaux, où elles « reçoivent » des visites de policiers. Cela, ça n’existe pas, ou c’est réservé à ce que l’on appelle « cellule de dégrisement » où l’on met les personnes alcoolisées… et en général… elles dorment…
Reprenons : Dès ton arrivée, dans cette cave, le calvaire commence. Fouille à corps (c’est à dire avec mise à nu) + retrait de tout objet : ce que tu as dans tes poches, mouchoir en tissu, ceinture, souvent chaussures, toujours, lacets, parfois lunettes, toujours bijoux, montre… bref, il ne te reste que tes vêtements. Le tout est mis dans un casier, le tout est répertorié (listé et décrit) sur un registre : étape nécessaire, mais longue, interrompue par un appel venant d’une geôle et de la réponse (en gueulant) : « Attends, je suis occupé »… et cela, toutes les 2 minutes. D’autant plus longue que la première fois que tu y descends, tu as déjà derrière toi, 2 ou 3 heures d’interrogatoires. Les retours ultérieurs sont plus rapides car on ne t’a rendu que l’indispensable (ceinture, lunettes, etc…) Si par malheur, tu as de l’argent sur toi, c’est encore pire : inventaire complet des billets et pièces, signature d’un reçu, transport (sur le champ), dans un coffre, par deux gardiens (souvent le gardien étant seul, il doit faire appel à deux acolytes pour effectuer cette mission).
J’ai oublié de te dire qu’avant d’arriver dans ce lieu, c’est un peu la première descente aux enfers : passage de plusieurs portes ou grilles à ouverture par code. Là, tu as vraiment l’impression que tout est fait pour que tu ne t’évades pas…
Après ce passage de la fouille + inventaire (une bonne demi-heure). Tu es mis en geôle. C’est un espace fermé sur 3 côtés (pas de fenêtre), un côté muni de grille (et de la porte) et équipé de vitres en plexi, devenu non translucide, en raison de la crasse et des rayures (graffitis). Bien sûr, les murs sont dans le même état, couverts de graffitis « éloquents » que la décence m’interdit de te communiquer…
Le mobilier de ladite geôle est très limité : sur 2 côtés : un banc de 40 cm de large, en bois ou pierre, je ne sais plus, mais, je pense en bois - (en pierre, c’est à la geôle du tribunal). Source lumineuse : un ou des néons, allumés 24 h/24. Il y a, à Metz, 6 ou 8 geôles de ce style, d’inégale grandeur, mais dirons-nous de 4 m x 2,5 m. S’il y a de la place, tu es seul, s’il n’y a pas de places (donc, plus de 8), tu peux te retrouver avec quelqu’un ou plusieurs autres, que tu ne connais pas, bien sûr, qui sont, donc, pour toi « une danger » latent… (j’ai entendu à la TV qu’à Metz, il y aurait 30 places… !)
Tout cela ressemble plus à un cachot qu’à une cellule. Au niveau propreté, c’est limite, en tout cas, c’est nettoyé, j’y ai croisé une femme de ménage… Au niveau sanitaire : rien = un WC à la turque pour l’ensemble des détenus, un minuscule lavabo (lave-mains) dans les WC, porte qui ferme mal ou pas du tout, à l’odeur plus proche des vespasiennes d’autrefois qu’à celle d’un lieu où l’hygiène devrait régner. A Metz, il y a une salle d’eau avec douche et lavabo (je l’ai vu), mais je n’y ai jamais eu droit…

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique