logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/06/2008

Le cas de l'étranger

Le cas de l’étranger incarcérable, incarcéré :


Encore une parenthèse, propre aux étrangers et au trafic de stupéfiants et qui concernent surtout les passeurs (transporteurs) : ici, nous en avons beaucoup, vraiment beaucoup, à mon avis une bonne cinquantaine, soit plus de 10 % des effectifs qui ont entre 2 à 5 ans de prison à faire, selon la quantité. A cela, se rajoute une amende douanière d’un montant égal au triple de la valeur marchande de la marchandise saisie, ce qui fait, en général, de belles sommes. Ce qui veut dire aussi qu’il risque une peine supplémentaire, la contrainte par corps qui, dans leur cas, peut durer jusqu’à 2 ans (si l’amende dépasse 75.000 €, ce qui est fréquent).
A mon avis, ces gens-là sont tout à fait, inutiles en prison, ils ne sont que des « rouages » du trafic, pas des têtes, souvent d’ailleurs, ils sont pris, dirons-nous, par bêtise, par hasard (à 99 %), souvent même, c’était leur premier passage, au moins c’est ce qu’ils disent et pour certains, je le crois bien.
Bref, ils sont là, coûtent cher à notre pays, vont être reconduits (renvoyés dans leur pays) à nos frais… même s’ils ont travaillé en détention et ont un « pécule libérable » confortable… et s’ils veulent continuer leur trafic (c’est souvent ce qu’ils m’ont dit), ils éviteront de passer par la France, ce qui ne sera pas difficile, les autres pays étant moins sévères… J’ai même entendu aux infos que les Pays-Bas « toléraient » jusqu’à 3 kg d’héroïne par voyageur « avion ». Certes la marchandise était saisie, mais il n’y avait pas de suite judiciaire et « carcérale »…
Pour revenir sur cette amende douanière, souvent ils en payent maxi, mais vraiment maxi, après arrangement avec les douanes : 10 %. Cela suffit pour leur enlever la « contrainte par corps » et le reste, ils doivent le payer, une fois qu’ils sont retournés dans leur pays… A qui ferez-vous croire qu’ils vont la payer… La France n’a aucun moyen de recouvrir sa créance, et ce, d’autant plus qu’elle est « illégale » au niveau de l’Europe et que, chaque année, la France est « condamnée » à payer une amende à l’Europe, pour la continuation de cette pratique.
Résultat pour la France : O. Que des frais supplémentaires. En plus, en détention, ces détenus sont choyés, car dociles, et donc « gros » consommateurs de « travail » et de « formation », apprentissage de notre langue – remise à niveau général.
Ils pourraient très bien être reconduits à la frontière, au bout de 6 mois de Maison d’Arrêt (régime plus sévère et fermé qu’en Centre de détention).
Ceci me semblerait d’autant plus réaliste que, souvent, pour ne pas dire toujours, ils sont « abandonnés » par leur commanditaire qui ne les aide pas (ni leur famille) pendant leur détention, pour payer ladite amende. Et je sais que pour des ressortissants de pays pauvres (très pauvres) les 10 % demandés correspondent à plusieurs années d’un salaire moyen, permettant de faire vivre une famille complète… Donc : impossible de les trouver ces 10 %. Souvent leur « rémunération » pour ce passage est faible (à mes yeux) : 1.000 à 2.000 €, mais « énorme » pour eux qui vivent à 5 avec 100 €/mois.
Pour les français, la situation est tout autre, et entre les condamnés pour stupéfiants et les « futurs condamnés – ceux qui sont encore dehors », il existe une certaine solidarité, ces détenus n’ont pas de problèmes de fin de mois… et ils ne travaillent pas, en général, s’ils travaillent, c’est pour s’occuper plus que pour l’argent…
Encore une anecdote… J’ai connu, c’était mon voisin de cellule, un passeur qui a quitté, après trois ans de détention, la France avec 7.000 €, en poche (et il en devait encore plus de 20.000…). Certes, il avait perdu 3 ans de sa vie, mais il repartait « riche » et ce, d’autant plus que durant toute sa détention, il envoyait « régulièrement » une aide financière à sa famille. Il reste une exception… mais une exception qui en dit long sur les incohérences du système actuel…

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique