logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/08/2008

Jean-Baptiste... en prison

PORTRAITS – Quelques cas personnalisés qui, souvent, pourraient être généralisés

Jean Baptiste

C’est sûrement le gars (la trentaine) le plus surprenant (en bien) que j’ai côtoyé…

Pourquoi est-il là ? J’ai bien eu du mal à l’apprendre, mais lui m’avait dit qu’il avait une très longue peine, en fait, plus de 10 ans, pour meurtre à la suite d’une bagarre dont j’ignore le pourquoi et le comment. Il a déjà fait 4 ans, il lui reste encore 7 ans à faire (sur le papier : 2011).

Je l’ai connu en formation. Pendant longtemps, bonjour, bonsoir, guère plus. Pour moi, il était une énigme : jamais un mot plus fort que l’autre, jamais une humeur ou une animosité pénibles, jamais une prise de parole, pour l’entendre, il fallait l’interroger, voire le supplier, et c’est ce que les formateurs lui reprochaient le plus, car ses résultats étaient moyens, légèrement faibles, et son silence n’arrangeait rien, car il ne manifestait pas ses difficultés…

Les circonstances ont fait que j’ai décidé de changer de place, en cours, et je me suis mis près de lui. C’est alors que nous avons commencé à sympathiser. Non, cela a commencé avant, car nous étions, en pratique, dans le même groupe et le hasard a fait que je me suis retrouvé à côté de lui et comme certaines préparations devaient être faites à deux, nous nous étions mis ensemble…
Donc, quand j’ai voulu et décidé de changer de place, je me suis, naturellement, mis près de lui, et nous avons pu « réviser » ensemble… et donc, nos relations, peu à peu, se sont amplifiées…

C’est alors qu’il a décidé de se dérider (à me parler) et que j’ai commencé à percer le mystère dans lequel il se mettait. En fait, je n’ai pas su plus de chose sur son affaire, d’ailleurs ce n’était pas dans mes préoccupations, par contre, j’ai compris son malaise intérieur et sa souffrance.
Il me parla de lui, de sa femme, de leur fille (3/4 ans) qui venaient le voir, chaque semaine, du bout de la Meurthe et Moselle (au prix de mille efforts physiques et financiers – sa femme travaillant, elle n’avait qu’un jour de congé et le passait sur la route…). D’ailleurs, lui, travaillait au Luxembourg, comme chauffeur routier, je crois.

Il m’a confié que son seul objectif et souhait était d’être transféré dans une prison plus proche des siens.

D’ailleurs, on lui avait promis et si, au CNO (Centre National d’Observation) de Fresnes où passent, obligatoirement, tous ceux qui sont condamnés à une peine supérieure à 10 ans, si « on » avait décidé de l’envoyer, ici, à Saint Mihiel, c’était pour suivre une formation de « pâtissier »… ! Mais il était prévu qu’il finirait sa peine, près chez lui…
Ce transfert le travaillait, lui obscurcissait ses journées (et nuits, sûrement), bref, ce qu’il craignait, par dessus tout, c’était de louper son CAP et que son transfert, tant désiré par lui et les siens, soit différé. Il a obtenu son CAP et attend… son transfert, prévu depuis mars…

Si je voulais vous parler de lui, c’est pour vous prouver, s’il en était nécessaire que, dans certains cas, la détention est tout à fait inutile. Certes, pour avoir eu une condamnation de plus de 10 ans, les circonstances et faits reprochés doivent être graves.
Mais la nature même de l’individu me fait penser qu’après jugement, ce type d’individus, par son attitude plus que correcte, presque invisible, méritait une deuxième chance et méritait une peine de substitution (type bracelet) moins contraignante pour sa famille et son avenir.

Mon propos n’est pas de réduire sa culpabilité, mais il a pour objet de vous démontrer que parfois, même s’ils sont rares, certains détenus n’ont pas leur place en prison…

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique