logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/08/2008

Mes arabes... en prison

Quelques cas personnalisés qui, souvent, pourraient être généralisés…


Mes arabes :

J’en ai connu beaucoup, mais deux, en particulier, qui avait des problèmes avec l’écriture du français.
Ils ont une histoire, tout à fait, similaire, pour moi, alors que les faits sont bien différents.
C’est, en fait, un problème d’intégration.

L’un, le plus jeune, la trentaine, avait été marié à une française, avec lequel il avait eu deux filles de 9 et 7 ans. Il a toujours été rejeté par sa belle famille et pense que c’est elle qui manipulait sa femme et qui a provoqué la rupture de leur couple.
Il avait une passion paternelle pour ses filles. Sa femme (et belle-famille) a fait et fait encore tout pour l’empêcher de les voir. Il avait, lors de leur divorce, obtenu une garde « alternée » traditionnelle : 1/2 week-end, les vacances scolaires. Il travaillait beaucoup en intérim et s’arrangeait pour être libre, chaque fois que nécessaire pour pouvoir les accueillir.
De nature, peut-être, un peu violente, il proféra un certain nombre de menaces, devant témoins, et avec la complicité de la gendarmerie qui aurait pris le partie de son ex-femme, la française (il se disait s’être fait piégé par leurs mensonges), il écopa de 6 mois de prison ferme qu’il fit… ! (L’exception qui confirme la règle – mais le fait qu’il s’agisse de menaces n’est pas étranger à son incarcération, pour une si petite durée – « pour le calmer »…).

Et son perpétuel combat, sa raison de vivre était de récupérer ses filles, ou pour le moins, son droit de visite « normal »… « Elle » (il l’appelait ainsi) lui en faisait voir de toutes les couleurs, l’empêchait de leur téléphoner, avait obtenu qu’elles n’aillent plus chez lui, qu’il ne verrait ses filles qu’en milieu surveillé (sorte de foyer d’accueil (sur terrain neutre), où les pères peuvent venir voir leurs enfants que la mère amenait quelques minutes avant), il s’était également embrouillé avec les responsables de ce centre qui lui avait fait signer des papiers qu’il n’avait pas compris, et il leur en voulait… (à mon avis, à juste titre, si cette magouille est bien réelle).
Bref, j’ai eu beaucoup de mal à clarifier sa situation, et j’étais assez effrayé par le caractère inéluctable de tout ce qui lui arrivait.
Avec beaucoup de mal, lorsqu’il quitta Metz, ayant fini sa peine de prison, il avait obtenu un rendez-vous (entre 4 yeux) avec le juge pour enfants…
Il avait encore des affaires en cours, de faux témoignages, d’harcèlement moral, etc… mais tout cela ne pouvait aboutir… Il y a tant à boire et des torts des deux côtés qu’aucun juge ne serait capable de démêler le vrai du faux, sans condamner un innocent…
Le pourquoi, sa situation m’émouvait, c’est que je me rendais compte qu’en fait, il n’avait aucune haine contre son ex-femme, et pourtant, c’est elle qui était parti avec un autre. Sa seule préoccupation était ses deux filles et sa seule volonté, son obstination (bien légitime, il me semble) était de vouloir participer à leur éducation et à les voir grandir… en bon père, en quelque sorte.

Réussira-t-il, a-t-il réussi, je ne sais, mais c’est ce que je lui ai souhaité, lors de son départ…

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique