logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/09/2008

Patrice... en prison

Quelques cas personnalisés qui, souvent, pourraient être généralisés…

Patrice

Je l’ai, d’abord, rencontré en cours de philo à Metz. Il a une petite quarantaine. Nous nous sommes souvent revus puisque nous marchions « côte à côte » lors de la promenade « auxi » (qui est aussi la promenade des détenus « protégés » - ceux qui sont protégés contre l’agressivité des autres (pointeurs) ou pour leur propre agressivité).

Sur lui, je ne sais pas grand-chose. Il était accusé d’attouchements sur sa belle-fille (fille de son ex-femme), il avait un « vrai » fils de 13-14 ans, ces deux enfants correspondaient avec lui par l’intermédiaire de leurs grand’parents (ses parents). Il prétendait que c’était un coup de son ex-femme, mais ne pouvait rien prouver. Mais il a pris 10 ans et était satisfait de son sort, il est vrai que le procès est arrivé au bout de 3 ans…
Outre le côté philosophique, et donc, le fait qu’il avait un peu de conversation sur les sujets les plus divers… J’aimais marcher (me promener) avec lui, car nous discutions beaucoup de son métier, il était mineur de fond, depuis son plus jeune âge, et chef porion, ainsi que pompier volontaire et secouriste. Bref, il m’expliqua comment tout cela fonctionnait, son travail, ses charmes et ses difficultés, l’évolution constatée avec le temps, ses bonnes relations de travail, bref, tout ce qui fait que l’on peut travailler dans de bonnes conditions même si ce travail est dur, et il l’était…
J’ai d’autant plus apprécié ce qu’il m’avait appris que j’ai eu l’occasion de constater que ce n’était pas de l’esbroufe. En effet, j’ai vu, depuis que je suis à Saint Mihiel, un film qui parlait des premières grèves auxquelles il avait, d’ailleurs, participé, et leurs conséquences. La vie retracée de ceux du fond était bien ce qu’il m’en avait dit. Et depuis, l’actualité, avec la fermeture du dernier puit m’a rappelé tout cela. J’ai pensé, aussi, à notre beau-frère qui y travaillait et qui est mort (maladie du mineur)…
Bref, cela fait partie des bons souvenirs que je garderai de la prison, il m’appelait « ma canne », car nous marchions toujours, côté à côte, et que de plus, je me mettais à sa gauche, le côté de la canne… et en fonction de notre sens de la marche, à l’intérieur, donc, le plus court chemin…
Il était d’un relationnel agréable, parfois sujet à des crises d’isolement, de déprime…

Au niveau humain, il était quand même, assez bizarre. Je sais qu’il avait été dans une bagarre (familiale, je crois) dont il fut la victime et il fut bien indemnisé…
Il se faisait un point d’honneur de ne rien demander à ses parents, et pour cela, travaillait « souvent » en cellule : mettre des agrafes dans leurs boîtes… !
Il avait une copine, mais l’avait « jetée », il ne voulait plus qu’elle vienne le voir au parloir, ce qu’elle faisait avant sa décision (et que je le connaisse). C’était, à son égard, assez bizarre, car elle, pendant très longtemps, continuait, m’a-t-il dit, à lui écrire. Cela d’ailleurs semblait lui faire plaisir. Mais lui ne voulait pas répondre… il voulait mettre une distance… Je ne sais si elle saura l’attendre les 6-7 ans qu’il va faire (encore 3-4, à ce jour).
Je lui écris, de temps en temps, mais ses réponses ne sont que des banalités… En fait, il était plus « intéressant », de vive voix…
-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique