logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/09/2008

Maroco... en prison (suite)

Quelques cas personnalisés qui, souvent, pourraient être généralisés…

Maroco (suite)


Avant son départ, je le pensais.
Son silence me perturbe et me laisse perplexe… Je ne veux pas m’imposer. J’ai l’intention de faire encore deux tentatives : dès que je connaîtrais ma date (prévisible) de sortie, je lui re-écrirai. S’il n’y a toujours pas de retour, dès ma sortie, j’essaierai de la joindre au téléphone, et nous verrons bien.
J’avoue être déçu. Certes, je ne me suis jamais imposé à lui, et souvent, je lui disais, lorsque nous discutions, si tu ne veux pas en parler, si cela te gêne d’être près de moi (vis à vis des autres détenus), dis-le moi.

Mais, visiblement, ma compagnie lui était agréable, ou pour le moins, ne le dérangeait pas, c’est avec lui que j’ai renoué avec la promenade, nous allions courir « ensemble »… !
L’avenir nous dira s’il a su s’affirmer et vivre sa propre vie, s’il a su convaincre ses parents de l’absurdité du « trop » respect des traditions…

Post-scriptum : Je lui ai téléphoné… Je l’ai revu… je l’ai aidé… Malgré mes efforts, malgré ses efforts…il n’a pas réussi à se réinsérer… En fait, je ne l’ai appris qu’après sa sortie, Maroco a un réel problème avec l’alcool… il ne supporte rien, pas même une bière… et il a l’alcool mauvais… il devient violent…
Cinq mois après sa sortie, il avait déjà perdu son permis, il avait déjà été condamné pour conduite sans permis, sans assurance, en état d’ébriété si ce n’est d’ivresse,… Il fallait faire quelque chose… J’ai tenté… Je n’ai pas réussi…
Assurément, en prison, il réussissait à s’en passer, très bien, à aucun moment, nous n’avons parlé de ce problème, à aucun moment, je n’ai soupçonné ce problème…
Mais il est bien là, et cela lui a valu… un retour en prison… pour quelques mois ou années… en fonction des sursis qui sont « tombés »…


Je nettoies, Nettoyons…

- Tu vois, j'ai 24 ans, jusqu’à maintenant, je n'ai fait que des petits boulots et des conneries. Cela m’a valu trois jugements, le même jour, 24 mois de prison et des parties civiles à payer.
- Eh, alors ?
- Bon, quand je suis arrivé à Saint Mihiel, je me suis dit qu’il fallait que ma présence, ici, me soit utile.
- Et…
- Quand j'ai fait les tests d’évaluation et d’élaboration de projet (BEEP) de SIGES, on m'a dit que c'était bon, mais les maths, un peu faible. Alors, je me suis inscrit à l'école pour faire des maths (remise à niveau).
- Pendant combien de temps ?
- 3 mois, deux fois par semaine, pendant deux heures, j'ai arrêté, car on m’a proposé une formation.
- Ah bon !
- Oui. Tu sais, quand j’ai appris que c’était un métier le nettoyage, je me suis dit pourquoi pas. Et je me suis mis sur la liste d’attente.
- Mais, tu avais déjà fait du nettoyage ?
- Non, mais j’aime être propre et ce qui est propre. Dès le début, on nous a mis au parfum : du boulot soigné, de l’hygiène et du bon sens. Tout cela, j’avais. J’ai donc, commencé la formation, il y a trois niveaux, j’en suis au deuxième.
- Tu es payé ?
- Oui, un peu, 2,26 € de l’heure, mais, pour moi, c’est pas l’essentiel, ce que je veux, c’est apprendre un métier « utile » et comme dans cette branche, il y a du boulot « dehors », j’y vais franco.
- Tu bosses tout le temps ?
- Non, il y a de la théorie et de la pratique de 9 h à 16 h 45, avec une pause de 2 heures, entre midi. On est libre le week-end, bien sûr et le mercredi. Je vais au sport de 17 h à 18h. Tu sais, l’heure qui est réservée aux travailleurs des ateliers et à ceux qui sont en formation. Le mercredi, je vais à l’informatique (à l’école). Cela me fera un plus. D’ailleurs, pendant les vacances, j’ai fait un stage informatique – initiation avec SIGES. C’était cool.
- Tes objectifs ?
- Faire les 3 niveaux, cela devrait m’amener à la fin de ma peine. J’espère pouvoir faire un chantier extérieur, quelques mois. Affaire d’acquérir un peu d’expérience et de me mettre au boulot, pour de vrai.(1)
- Et après ?
- Bon, travailler dans une entreprise de nettoyage, 1 ou 2 ans, et ensuite, créer une boîte avec 2 ou 3 raclots ou meufs, on nous a dit que c’était un bon créneau pour faire une petite entreprise. On m'a dit aussi que, pour apprendre les bases en gestion, la Chambre de Métiers organisait des stages. (2)
- Ta boîte, elle fera quoi ?
- Du nettoyage, bien sûr, des bureaux, des cages d’escaliers, des parties communes d’immeubles, le nettoyage de chantiers. On verra bien, mais pour le moment, il faut que je te quitte, je vais en pratique. On est en train de nettoyer l’ancien gymnase, tu sais, la salle où il y a eu le concert de Hard Rock et le tournoi de Baby-foot, et où il y a « Santé par le Sport » et « la Relaxation ».
- Ah oui, en face de la « Sortie »…
- Oui, c’est çà…
- Tchao, Maroco.
(1) : Cela n’a pas été fait, il n’a pas fait la demande… Par contre, je lui ai fait un CV et des lettres de motivation à adresser à des organismes tels que HLM, mairies et/ou entreprises de nettoyage.
(2) : Hélas, je ne le sens pas capable d’assurer la gestion d’une entreprise, si petite soit-elle.

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique