logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/10/2008

Le travail... en prison

Quelques sujets qui me tiennent à cœur…

LE TRAVAIL

Le travail : le « sésame » de l’indépendance de tout détenu. C’est lui qui permet d’être indépendant de sa famille et/ou d’un tiers. C’est lui qui permet de survenir à nos propres besoins. Certes, ils sont « limités », mais en prison, on a besoin d’un minimum, pour être en mesure d’améliorer ce qui doit être amélioré… afin que « la vie » y soit supportable…
La loi prévoit que le travail est un droit pour tout détenu.
La réalité est bien éloignée de la loi…
A l’exception de quelques prisons, toutes les prisons manquent de travail.
De plus, sachez que le salaire moyen net annuel tourne autour de 2.000 €, soit 170 €/mois. De cette somme, vous devez retirer, des dépenses quasi obligatoires, telle que la TV et (éventuellement) un frigo : l’ensemble : 50 €/mois… il ne reste plus que 120 €.
Pour un fumeur, ce n’est pas assez.
L’octroi du travail n’est pas « objectif ». Certes, il faut en faire la demande, mais toute demande n’est pas prise en compte, dans le même délai, selon l’individu demandeur. Et une fois que vous ayez été « classé » (c’est comme cela que c’est appelé), cela ne veut pas dire que l’on va vous « appeler ».
Le travail en ateliers (que je ne connais pas directement) est très fluctuant… un jour, il y en a, un autre, il n’y en a pas. Le début du travail est à 7 h 30… j’ai déjà vu des travailleurs revenir, en leur unité, à 9 h 30… il manque tel ou tel produit.
Rappelons-le, le travail « en atelier » est souvent du conditionnement qui demande aucune qualification (et qui n’apporte aucun goût au travail). Son seul intérêt est d’occuper les mains (et l’esprit) et d’apporter un peu d’argent. Ce travail est payé à la pièce (pas de congés pour maladie, pas de chômage, pas d’indemnisation en cas d’accident de travail – pour des raisons que l’on comprend aisément).
Donc, malgré cela, le travail est « recherché », mais il est donné, en priorité, à celui qui ne pose pas de problème, même si ce n’est pas lui qui en a besoin le plus… et cela favorise les étrangers et ceux qui parlent peu, ne se rebiffent pas et travaillent… Quand il n’y a pas de travail pour tous les demandeurs : ce qui est la majorité du temps, ce sont ces détenus qui sont « appelés ».
Pour ce qui est des auxi (auxiliaires, chargés de l’entretien des parties communes), la rémunération y est plus régulière (pas d’arrêt), mais pas plus élevée, ce serait plutôt le contraire, mais annuellement, on arrive à peu près au même résultat.
Comme je l’ai indiqué dans mon étude du rapport du Sénat (que vous trouverez dans le chapitre suivant) sur le travail en milieu carcéral, ce qui serait nécessaire, pour assurer « la paix » dans les esprits, c’est de garantir, à tout détenu, qui veut « travailler », un revenu minimum mensualisé qui lui permet d’être « indépendant », et de « vivre » avec un minimum.

La situation actuelle provoque des jalousies et des conflits, et je dirai même des scandales : j’ai vu un détenu d’origine étrangère (clandestin – passeur de produits stupéfiants) sortir avec 7.000 € dans sa poche (3.500 en pécule libérable, 3.500 en pécule « parties civiles » non versé aux dites parties civiles), … et en plus, la France lui a payé son billet d’avion de retour au pays… C’est peut-être une exception, mais je n’en suis pas sûr. Il venait d’une prison où il y avait beaucoup de travail, bien rémunéré, il vivait bien, sans se priver et je pense même que, de son pécule disponible (après les - 10 % + - 10 %), il devait envoyer à sa famille des mandats… Ici, quand il y avait du travail, il était toujours « appelé »… !
Le travail (ateliers + auxi) occupe, ici, je pense, environ au mieux, 160 détenus sur 400.

Avec le manque de réinsertion qualifiante, le travail mal rémunéré et mal réparti est, à mon avis, la chose qui pèche le plus, en milieu carcéral… Et ce doit (devrait) être, la préoccupation principale de nos politiques s’ils veulent éviter la « récidive »…
Personnellement, s’ils l’ont compris, je ne suis pas sûr que ce soit, pour eux, une priorité… hélas…

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).…
------

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique