logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/12/2008

Une Journée-type...en Prison

Une journée type :

Le temps passe, mais je sais que cela va durer un certain temps, je prends mon mal en patience et m’occupe…
Je vais essayer de m’astreindre à une correspondance régulière avec toi et te raconter un peu comment nous vivons, ici.
Je suis, pour le moment, dans une cellule pour 4, mais nous ne sommes que trois et mes co-locataires sont corrects et sympas.
Pour te distraire et parce que je ne sais pas trop quoi t’écrire, mais j’éprouve le besoin de t’écrire, aujourd’hui, je vais te décrire une de nos journées.

Ici, chaque jour, ressemble à un jour de vacances... il n'y a rien à faire...
A 7 heures, un surveillant (gardien) vient voir si nous sommes toujours en vie.
Vers 7 h 30, on nous propose de l'eau chaude, pour agrémenter le mélange café + chicorée qui nous a été distribué, la veille.
Le dimanche, nous avons parfois du chocolat et de la confiture (en étui individuel - hôtel).
C'est à cette heure-là aussi, que nous donnons nos courriers et bons de cantine (nous en reparlerons).
Vers 8 h 30 - 9 h : on émerge, nous nous levons et déjeunons.

Trois fois par semaine, c'est la douche (douche individuelle, d'une propreté acceptable). Les autres jours, c'est la toilette, le plus souvent avec eau chaude que je récupère à l'office (salle de service). En cellule, nous n'avons que de l'eau froide (que l'on peut chauffer avec un thermoplongeur - appelé ici Toto - pour le café ou la toilette ou la lessive).
Pour ceux qui le souhaitent, à partir de 8 h, il y a travail ou activités ou sport ou école.
Pour moi, vers 10 h, je suis opérationnel (à peu près propre, lit fait) et je commence à lire (3 livres par semaine), à écrire, et ce, jusqu'à 11 h 15.
J'ai oublié de te dire que nous avons la TV (louée 41 Euros/mois) avec Canal +, en clair tout le temps, Ciné-Cinémas, en fait : 16 chaînes.
Vers 11 h 30, le repas de midi arrive et nous est remis, en cellule, à chacun + une baguette de pain (pour la journée). Ce repas peut être amélioré si on cantine (nous en reparlerons).
De 12 h 15 à 13 h 15 : promenade (nous en reparlerons).
A partir de 14 h, activités pour les amateurs et/ou école.
Pour moi : lecture ou TV ou activité (partie de Tarot avec d'autres "vieux") et ce, jusqu'à 17h 15.
A 17 h 30 : repas du soir et nuit.

Pour compléter ceci, il faut dire que nous regardons toutes sortes de jeux télévisés. Le soir, à 20h30, nous sommes couchés et nous regardons un programme, choisi démocratiquement - nous sommes 3 en cellule.
Encore une précision, la TV reste allumée du matin jusque tard dans la nuit.
Comme la fatigue de la journée n'est pas excessive, en général, je vois le 1er programme en soirée, et souvent le deuxième, si son intérêt est assez grand...
Bref les vacances, ou peut-être plutôt, une journée d'hôpital (sans maladie) et dans un espace réduit (nous en reparlerons).

Tu vois, pas de surprises, chaque journée ressemble à la précédente et à la suivante. Le temps passe...

Je soumets à ton analyse, une phrase inspirée de l'Etranger d'Albert Camus, qui résume la situation de tout "détenu" : "C'est l'histoire d'un homme banal, innocent, que la justice prend pour un criminel. Tout cela, parce qu'il refuse de mentir et d'entrer dans son jeu" (phrase affichée sur notre panneau d'affichage).

-----------------------------------------

Je sais que cela t’inquiète, aussi, je vais te parler de la "bouffe" (comme on dit ici).
Ce n'est pas pire qu'à la "caserne", mais ceci n'est pas une bonne référence.
C'est en fait, très inégal, certains plats sont bons, d'autres sont immangeables. Il n'y a aucun équilibre, toutes les viandes baignent dans une sauce (toujours la même ou presque), mais je ne la mange jamais (trop grasse, trop insipide).
En principe, il y a une entrée (salade diverse ou petite charcuterie), un plat (viande et légumes verts ou pomme de terre, riz, pâtes, souvent des frites (2 x par semaine - difficilement mangeables).
Pour compléter cela, très souvent, nous avons hamburger, knack, saucisse, viande bouillie), en dessert : fromage, yaourt ou fruit.
Pour ceux qui ont connu l’armée ou la vie en collectivité, ces repas sont dans la bonne moyenne.
Bref, tout cela est assez banal, quelconque, rarement bon, souvent mangeable pour quelqu'un comme moi qui ne suis pas trop difficile. Pour certains, c'est l'enfer, ils ne mangent rien. Pendant un mois, j'ai relevé les menus, il n'y en a pas plus de 15 différents.
D’après une source d’information, dite bien informée, le prix de la journée (les 3 repas) serait de 3 €uros. Cela me semble peu… mais parfois beaucoup pour certains jours…
Au niveau présentation, cela nous est apporté (en cellule) en barquettes plastiques pelliculées. Le tout est chaud et transporté dans des armoires roulantes chauffées.
A ce niveau-là, on ne peut pas se plaindre, cela semble propre et hygiénique (gants jetables, vêtements adéquats blancs).
Pour la quasi-totalité des détenus, il y a la nécessité de "cantiner", parce que ce qui est servi, ne plaît pas et/ou n'est pas suffisant en quantité ou manque de diversité.
"Cantiner" veut dire acheter. En fait, on peut cantiner pratiquement de tout, il suffit d'avoir de l'argent et que ce ne soit pas dangereux (ainsi, nous avons des couteaux qui ne coupent pas).
Les livraisons sont hebdomadaires, mais la distribution des bons se fait, à jour fixe, la veille du ramassage.
Ainsi, chaque jour, nous sont distribuées une ou plusieurs listes de produits alimentaires et non alimentaires qui regroupent tout ce que tu peux avoir ou vouloir de consommable.
De la famille, on ne peut recevoir que du linge et/ou des livres. Tout le reste doit être acheté, sur place, à des prix proches de ceux que l'on trouve dans les grandes surfaces.
Il y a même des produits surprenants comme des journaux (quotidiens, hebdomadaires ou mensuels) de tout bord ou des produits frais comme pâtisserie (chaque semaine), beurre, salade, viande fraîche, laitages ou des plats cuisinés (en boîte). Certains ont un frigo (loué 9,15€/ mois).
L'arrivée des victuailles venant des familles est exceptionnelle : 5 kgs à Noël, en une ou 2 fois.
Ces cantines nous sont livrées, à jour prévu, en cellule avec un bon de livraison qui donne le détail des prix et le solde restant du pécule disponible + un récapitulatif mensuel.
Au niveau "cuisson", c'est un peu la galère, mais est vendu un réchaud à alcool solidifié (certains établissements vendent des plaques chauffantes). En fait, moi, je "cuis" au bain-marie, c'est plus long, mais aussi efficace (sans odeur).
Il y a 9 listes + 1 liste "exceptionnelle" sur laquelle on peut faire des demandes "exceptionnelles" qui passent à la "censure" et qui parfois arrivent. Ce peut être des baskets (de marque) et des vêtements de sport, et même des produits protéinés et vitaminés (pour les sportifs), ou des produits audio et CD.
Tout cela est donc bien organisé, et fonctionne relativement bien.
Cela occupe 3 surveillants et 4 auxi (détenus) + ceux qui réceptionnent et préparent (pesage des fruits).
En principe, ces marchandises ne doivent pas circuler de cellule en cellule, mais il existe une certaine entraide : "on dépanne", surtout en ce qui concerne le tabac qui se donne, se prête, se rend, se roule.
Bref, c'est une demande permanente et celui qui ne fume pas (comme moi) est un zombie.
Il y a aussi les profiteurs - toujours les mêmes.
Pour finir ce chapitre "gamelle" et "cantine", on peut dire que l'on peut ne manquer de rien, mais pour certains, c'est dur..., surtout s'il n'y a pas d'aide (possible) de la famille.

………………………………………………………………………………………..

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin en début de blog, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez ci-dessous, les dates de parution de mes articles…sur la journée du 17 mai 2007.
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à LDH 57 (Ligue des droits de l'Homme), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

Commentaires

Votre histoire m'a fait réfléchir sur beaucoup de choses. Sur le sens de notre vie, maison, famille, sur les valeurs humaines, et d'autres. Je voudrais vous lire toutes vos histoires, ils ont beaucoup de sens.

Écrit par : Steven | 26/09/2009

Si mon blog t’aide à assumer ta propre vie, sache que cela me touche. J’ai essayé d’être sincère avec la vérité et moi-même.
De Paul Denis à Steven, le 27 septembre 2009 à 17 h 15

Écrit par : Paul Denis | 27/09/2009

Votre histoire m'a fait réfléchir sur beaucoup de choses. Sur le sens de notre vie, maison, famille, sur les valeurs humaines, et d'autres. Je voudrais vous lire toutes vos histoires, ils ont beaucoup de sens.

Écrit par : tiffany and co | 21/01/2011

Si mon blog t’aide à assumer ta propre vie, sache que cela me touche. J’ai essayé d’être sincère avec la vérité et moi-même.
De Paul Denis à Steven, le 27 septembre 2009 à 17 h 15

Écrit par : tiffany bracelets | 08/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique