logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/04/2008

Parloirs.... en Prison

« Parloirs » :

La prison, vue de l’extérieur, si elle ne laisse pas indifférent, rebute le commun des mortels, cela me semble une certitude.
En ce qui concerne les familles (et amis) de détenus, je pense que l’attitude est un peu la même.
Il est vrai que pour pouvoir venir « visiter » un détenu, c’est un peu le parcours du combattant, surtout si vous n’êtes pas de sa famille proche (épouse, enfants, frères et sœurs). Avant le jugement (lorsque tu es en détention « en préventive »), c’est encore plus dur et au bon vouloir du juge d’instruction (qui a connaissance, aussi, de tout courrier (hors avocat) à l’aller et au retour) et parfois (souvent) la possibilité d’avoir des parloirs – famille, est refusée au détenu, pendant plusieurs mois, sous prétexte (vrai ou faux) que le dialogue avec l’extérieur pourrait nuire à l’instruction…
Hypocrisie… crois-moi… si un détenu « doit » communiquer avec l’extérieur, il y arrive. Fais-lui confiance…
Néanmoins, pour venir, il faut le vouloir et se décider. Beaucoup de détenus n’ont pas de parloir, pour des raisons légitimes, mais aussi pour des raisons, pour moi, quelques peu incompréhensibles.
Pour certains, ce peut être l’éloignement (les kms qui les séparent), c’est aussi une question d’argent, et à cause d’un problème de coût, le nombre des parloirs est réduit : un par mois, au moment des Allocations familiales… !, pour d’autres, une volonté délibérée de ne pas venir : c’est un rejet manifeste, un refus de communication, en raison (s’il peut y en avoir une) du délit lui-même, ou plus souvent, pour « punir » le parent détenu, pour marquer sa désapprobation…

Permets-moi de te faire une parenthèse, sur l’avant et l’après-parloir, vu de l’intérieur.
D’abord, on nous prévient, la veille, au plus tard, ou 2 jours avant que nous avons « parloir », mais nous ne savons pas qui viendra.
C’est souvent une surprise… mais, dans certains cas, cela peut poser problème, car parfois un détenu ne veut pas avoir de rencontre avec telle ou telle personne de son entourage. J’ai, parfois, été témoin de demi-tour, lors de l’apparition du visiteur…
Donc, l’heure du parloir est attendue (de plus, il faut être prêt, sur place, un quart d’heure avant)… pour certains, il y a toujours l’incertitude, viendra-t-elle, ne viendra-t-elle pas… Ici, c’est plus facile, il y a le téléphone, et, en conséquence, nous connaissons le visiteur, ne serait-ce que par déduction…, et le parloir « fantôme » (le visiteur ne vient pas) est plus rare, mais en Maison d’arrêt, c’était fréquent et j’ai souvenir de détenus qui, une fois sur 2, bénéficiaient d’un parloir « fantôme »… même s’ils s’y attendaient, c’était toujours un moment (retour) très pénible.
D’ailleurs, le retour, la séparation est toujours pénible, pour tout le monde, pour le visiteur trouvant le parloir trop court, pour le détenu qui, pendant quelques minutes, s’est échappé et qui se retrouve en prison avec de bonnes mais souvent aussi de mauvaises nouvelles « en tête ».
Je dirai que, pour tous les détenus, même pour celui qui ne le reconnaît pas, le parloir est « une épreuve »…
On nous arrache à notre train-train, on nous replonge dans une vie (des problèmes) que nous avions presque oubliée, et on nous rejette dans un monde (la prison) qui nous est hostile.

Tout cela, bien sûr, ne veut pas dire que les « parloirs » doivent être supprimés, car, au final, c’est quand même un moment privilégié dans ta vie de détenu.
En général, il n’est pas fait de « publicité » sur le fait d’avoir « parloir », mais, lorsqu’il le sait, tout détenu te souhaite « bon parloir », et à ton retour, on te demande si « c’était un bon parloir ? ». Ce ne sont que des mots… mais pour moi, même si la réponse, s’il y en a une, n’est pas écoutée ou sans conséquence pour le demandeur, ces interpellations, au départ, m’ont surpris.
Et avec le temps, je les analyse comme le résultat de l’atmosphère (les sentiments) que j’ai évoqué, ci-dessus. Je pense que c’est plus inconscient que conscient. Rares sont ceux qui te diront qu’ils ont regretté d’avoir eu « parloir »… mais, à leur attitude qui, parfois, dure plusieurs heures (jours), tu te rends compte qu’il aurait mieux valu qu’ils n’aient pas eu de « parloir ».
Le « moment parloir » ne fait pas l’objet de jalousie. Personne ne dit : tu as de la chance d’avoir « parloir », c’est quelque chose que l’on n’exprime pas, même avec ceux que tu fréquentes journellement… Il est vrai que l’échange « Bon parloir », « C’était un bon parloir ? » est plutôt le fait de ceux qui ont « parloir », même si ce n’est pas très régulièrement, ceux qui n’ont « jamais » parloir, restent muets sur ce sujet.
Pour ma part, je pense que le parloir est aussi important pour le visiteur que pour le visité.
Le visiteur a besoin de ce lien physique, et s’il fait l’effort de cette démarche, ce n’est pas par pur altruisme. Il est facile de se réfugier derrière une impossibilité matérielle…
Le visité a besoin, aussi, de ce contact, pour ne pas se sentir rejeté, isolé, banni par les siens.

A plusieurs occasions, j’ai été en discussion avec certains de mes co-détenus qui « voulaient » refuser leurs parloirs (ou échange de courrier et téléphone). Ma position a toujours été la même et mon but a été de convaincre mon interlocuteur : « ce n’est pas au détenu à briser le lien s’il existe ».
Pour nous, l’isolement est dur, pour celui qui est « dehors », cet isolement est aussi imposé et dur. Il n’y est pour rien. Ce n’est pas à lui de payer, même s’il paie. Ce n’est pas lui qui a fait que nous sommes détenus. Refuser son amitié, son amour serait le rendre coupable de quelque chose qu’il n’a pas commis. C’est sûr que, pour lui comme pour nous, il y a des hauts et des bas. Mais ce n’est pas lui qui est demandeur d’affection, de lien. Lui, il peut en trouver, dehors, auprès d’autres que nous. Et même si tu as conscience qu’il y a eu, peut-être, un dérapage, c’est à toi de pardonner, tu ne peux pas l’en rendre responsable. C’est toi qui es absent. C’est lui qui t’apporte son soutien, son amour. Ce n’est pas toi qui as le droit de « rejeter »… Et s’il y a rejet, tu ne peux lui en vouloir, et tu dois laisser au temps, le temps de combler les vides et tu dois attendre d’être dehors pour prendre une décision. N’oublie jamais que c’est toi qui es « demandeur » et que celui qui te fait l’amitié de ne pas t’oublier, a droit à tout ton respect, ton affection, ton amour.
Tu le comprendras, si je parle à mon interlocuteur de la sorte, c’est parce que c’est aussi ce que je ressens.
Il me semble que parfois j’ai été convaincant, parfois le risque de rupture persiste, mais il faut avouer que bien souvent, rien que le fait d’en parler entre hommes, est déjà un pas vers un éventuel respect de l’autre et un pas vers la réconciliation et souvent le désamorçage d’un conflit latent.

Ceux qui viennent me voir, ont parfois été les témoins d’altercations verbales, plutôt agressives… Cela fait partie du quotidien et est provoqué par cet isolement qui nous fait perdre conscience de la dureté de la vie « dehors »… Bien souvent, c’est sans suite, et, en fait, il est très rare que lors du face à face, un refus de parloir ait lieu. Mais j’ai rencontré des détenus qui refusaient et ont fait annuler le permis de visite, sollicité et obtenu, par un de leurs parents ou amis.
A priori, nous ne sommes pas « avertis » du fait qu’une personne a obtenu le permis de visite, et d’ailleurs, cela me semble tout à fait logique, mais cette acceptation d’office, tacite, doit être le reflet de la réalité qui est que le visité est plus demandeur de « parloir » et qu’il est, en fait, très rare, que cela ne fasse pas plaisir…

Un conseil, si vous me le permettez, valable aussi bien pour le détenu que pour la famille qui vient le visiter.
Il faut savoir taire ses propres craintes, par affection, ne pas parler de ses propres ennuis, de sa propre santé, des éventuelles catastrophes survenues depuis la dernière visite, ne pas s’apitoyer sur son sort.
Il faut sourire, redonner confiance.


-----------------------------------------

Rajout : Parloirs

Les parloirs, c’est galère… car il ne se passe jamais comme on l’a imaginé.
Je dois te dire que parfois, j’ai regretté d’avoir parloir… tant cela m’a fait mal de voir comment ma mère et mes sœurs devaient vivre… alors que moi j’étais « presque » bien…
Je trouve que tu expliques bien ce qui se passe dans notre tête.

D’Alex, le 15 avril 2007

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

02/04/2008

Gens du dehors - Gens du dedans

Gens du dehorsgens du dedans

L’expression « gens du dehors » n’est pas de moi, mais de notre aumônier catholique (rappel : qui est un laïc) qui appelle ainsi ceux qui ne sont pas en prison.
Je vais essayer de t’expliquer, vu de l’intérieur, le regard de ceux qui sont « dehors » sur ceux qui sont « dedans », et vice-versa.
Commençons par l'avis, l’opinion que se font les gens de dehors, sur les détenus.
Mes affirmations sont, en fait, la synthèse de ce que je pense moi-même, de ce que l’on m’en a dit (les formateurs et intervenants extérieurs), de ce qu’en rapportent certains médias, et surtout, notre aumônier.
L’adage « s’ils sont en prison, c’est qu’ils l’ont mérité » existe toujours, mais il perd un peu de sa force. La presse est là pour nous rappeler le nombre « conséquent » de détenus innocents…
L’adage « Ils ont tout le confort » perd aussi de sa force et la TV se fait, assez souvent, l’écho de scandale pour que chacun soit informé de cas « inhumains ». Il y en a cependant qui considèrent que nous ne devrions pas avoir la TV, pas d’eau chaude, pas de cantines (achats payants), que nous ne devrions pas avoir la possibilité d’être « seul » en cellule (« cela supprimerait les suicides » – ce qui est faux, il n’est pas rare que ce soit un co-détenu qui découvre le suicide de son compagnon de cellule), que nous devrions avoir un travail obligatoire non rémunéré, que nous avons une trop belle vie. Je ne m’attarderai pas sur ces cas extrêmes qui ne sont plus d’actualité pour la majorité de nos concitoyens, mais ils existent… et à l’occasion, je t’ai déjà parlé de ce qui est plus pénible que ces soi-disantes privations… « l’isolement ».

Revenons à notre propos : Cette année, j’ai eu l’avantage (en est-ce un) de rencontrer et de discuter avec des formateurs (stage dit de réinsertion) qui venaient pour la première fois… en prison. Seuls deux formateurs sur six, connaissaient déjà les lieux pour y avoir enseigné les années précédentes.
Au départ, ceux-ci sont arrivés, pleins de bonne volonté, certes, il s’agit de volontariat, et tous ont eu besoin de temps pour s’adapter aux conditions d’accès des lieux : entrée, contrôle, visite des sacs, portique détecteur de métaux, etc… et cela, malgré, bien sûr, une enquête de personnalité préalable et la distribution de consignes (cahier des charges).
A chaque entrée, le même cérémonial : permis de rentrer, remise d’alarme, clefs, etc…
Même s’ils sont arrivés sans a priori, ou, pour le moins, avec l’idée qu’un détenu était un être comme tout le monde, tous ont très vite compris ce qu’était une prison.
Ils ont été surpris des conditions et pressions psychologiques que nous subissons 24h/24 et de l’influence du milieu sur les conditions matérielles et nos capacités intellectuelles, sur notre comportement, nous y reviendrons à travers divers exemples.
Après deux ou trois mois d’adaptation, cela leur est devenu plus familier et acceptable.
Nos formateurs étaient, quelque peu, pour la majorité, « préparés » à nous, travaillant déjà dans le cadre de la formation continue, donc avec un public qui a été, à un moment ou à un autre, exclu du système scolaire traditionnel (souvent depuis fort longtemps…). En ce qui concerne le niveau scolaire, leur surprise n’a donc pas été grande et la nécessité de répéter ne les a pas surpris, la nécessité d’écrire au tableau, non plus.

Ce qui les a « choqués » le plus, ce sont les états très variables d’humeur, d’un jour à l’autre, d’une minute à l’autre. Pour eux, il a fallu accepter le fait de ne pas être écouté, de voir le cours perturbé par des « coups de gueule » et/ou par des attitudes de révolte (parfois à la limite de la grossièreté) contre le système, et ce, parfois, sans aucun rapport avec ce qui est dit, en cours, à ce moment-là…
L’adaptation perpétuelle est nécessaire et je dois dire (et je leur ai dit, lors du bilan final) que je trouve leur disponibilité et leur faculté d’adaptation et à encaisser, dignes d’admiration…
Il est à noter que ces états d’humeur « changeant » sont, également, à supporter par les surveillants, mais ceux-ci disposent d’un outil, à leur service, « la répression »…
Il me faut vous parler d’une coutume. Par tradition (par obligation), il est coutume que s’il semble correct de saluer un surveillant (et il te répond, en général), on ne lui serre pas la main. Par contre, avec les gens qui viennent de l’extérieur, il est coutume que (eux et) nous leur serions la main… (entre détenus, aussi, mais je t’en ai déjà parlé), c’est en fait un signe de reconnaissance fort et de différenciation fort. Les surveillants serrent la main des intervenants extérieurs, ainsi qu’entre eux (et aussi à leurs supérieurs).
Ici, nous avons beaucoup d’intervenants extérieurs, puisque la gestion matérielle de la maison est assurée par des « privés » (hors administration pénitentiaire). En fait, pour moi, le seul moyen de les différencier est l’habit (pas d’uniforme bleu) et ce serrement de main. Il faut reconnaître que certains (intervenants privés) souhaitent garder cette distance et sont réticents à te serrer la main… mais cela reste des exceptions.

Fermons la parenthèse. Pour ma part, j’ai vu la construction de la Maison d’Arrêt de Metz (en 1978/79), je l’ai côtoyée, journellement, pendant plusieurs années, elle était sur ma route, mais j’avoue qu’elle me laissait indifférente et que je ne me suis jamais préoccupé du sort de ceux qui y séjournaient.
J’ai connu des gars qui y avaient fait un séjour, mais je ne les ai pas interrogés sur leur sort, et en fait, je savais fort peu de choses sur l’intérieur avant d’y être entré moi-même.
Je me souviens, cependant, que nous avions mis en place, un projet d’animation, à l’époque où j’étais dans une association, vers les années 1985/86, je me souviens que j’y étais entré, mais, en fait, je pense que je n’avais pas dû dépasser le stade de la salle polyvalente (chapelle, salle d’attente-détenus des parloirs, salle de spectacles, etc…), j’avais vaguement souvenir des grilles et des portes, mais pas de leur facteur stressant, j’explique cela, aujourd’hui, par le fait que nous étions en groupe et que l’attente nous a été épargnée, les portes s’ouvraient au fur et à mesure de notre arrivée…
Si je te dis cela, c’est un peu pour déculpabiliser tous ceux qui, en fait, se préoccupent fort peu des 64.000 détenus en France pour les 49.000 places…
Notre aumônier nous dit aussi, que la réaction des gens du dehors est parfois surprenante.
Dans toutes les prisons, il est possible que certaines personnes viennent, ponctuellement, participer aux offices religieux.
Rares sont ceux qui acceptent de faire le pas, ne serait-ce que 1 ou 2 fois par an, pour 2 ou 3 heures, bien encadrés, en contact avec des détenus, dirons-nous, respectueux et reconnaissants de leur présence.

Par contre, plus nombreux étaient ceux qui « tenaient » à aider financièrement et matériellement les détenus, par des dons, timbres, victuailles à Noël, vêtements, argent, etc…
Et à nos bienfaiteurs les plus généreux, il a été proposé de venir partager avec nous, notre temps de prière. C’est « non », ils ont « peur » de faire le pas… Une fois que celui-ci a été fait, l’attitude change. Comment expliquer cela ? Je ne sais, car ceux qui viennent, en témoignent, reviennent et ont l’air content de pouvoir échanger quelques mots avec nous, d’avoir fait cette démarche d’approche.
La prison, vue de l’extérieur, si elle ne laisse pas indifférent, rebute le commun des mortels, cela me semble une certitude.
Les parloirs sont un moment privilégié d’échange « dehors-dedans », et je te ferai un paragraphe « spécial », ci-dessous.
Je te dirai que notre jugement est assez positif sur les gens du dehors qui entrent dans le milieu carcéral.
Il est cependant, à noter que le jugement contre ceux qui ne se manifestent pas, pas plus en courrier qu’en visite, est souvent très sévère par le détenu.
Beaucoup ne comprennent pas la réticence, l’absence de recherche de communication. Il n’est pas rare d’entendre : « Il pourrait quand même m’écrire, m’envoyer un mandat, il est passé par là, il sait ce que c’est la prison, je ne comprends pas son silence, moi, je… » et s’en suit la menace (réelle ou non) de le rejeter, une fois qu’il sera « dehors »… Je suis persuadé que ce rejet se limite en ces mots, et qu’une fois, dehors, les liens se rétablisseront.
Il est vrai que lorsqu’il s’agit d’un « ancien détenu », on comprend mal ce sentiment de « rejet » et ce refus d’aider son ancien compagnon…
Ce sentiment d’incompréhension est très fort, et, il est souvent l’objet de conversation.
Il est très dur de se sentir mis à l’écart et personne ne le supporte.
Ce manque de communication avec des personnes avec qui on était relativement proche, est ressenti comme une condamnation supplémentaire. Le silence des membres de sa propre famille est particulièrement « déprimant ».
Il est bien évident que ce n’est pas toujours le cas, et souvent, même s’il n’y a pas de lien « palpable », on sait que nombreux, dehors, sont préoccupés par notre présent même s’ils n’arrivent pas à faire le pas… pour le moins, ils se renseignent sur notre sort et intérieurement « compatissent ».
Mais de l’intérieur, ce silence est souvent considéré comme une lâcheté…
Pour ma part, je sais que ce n’est pas parce qu’il ne se manifeste pas que l’autre est devenu indifférent et je crois que cette distance, est plus le fruit d’un certain malaise, d’une certaine pudeur, d’une crainte de blesser.
Il est sûr que chaque situation est différente, il n’y a pas de règle immuable, mais pour ma part, j’ai pris l’attitude suivante : je ne fais pas le premier pas, mais par contre, je ne laisse pas de courrier sans réponse.
A la réflexion, je me rends compte que, parfois, j’ai fait le premier pas, mais c’était dans des cas particuliers et parce que, même si je savais que je n’obtiendrais pas de réponse, je savais que mon destinataire serait « content » d’avoir de mes nouvelles.
Il est vrai que l’existence de ces murs de six mètres de haut, et l’impossibilité de communiquer facilement, font que nous ne vivons pas au rythme du dehors et avec le temps, nous nous en éloignons de plus en plus, et c’est aussi pour cette raison que je pense que bien souvent « la sortie » est plus difficile à réussir qu’on le croit.
C’est dans cette optique que j’ai fait le spécial « La sortie » (que je publierai dans un prochain article) qui reprend tout ce qu’un ancien détenu doit savoir pour réussir son « retour », volontairement je ne dis pas « sa réinsertion », car cela c’est autre chose…
Et si on croit les statistiques, en ce domaine, il apparaît que de nombreuses familles se déchirent, lors du retour de l’absent… qui a perdu sa place. On s’est passé de lui, et certains (lors de leur retour) ne comprennent pas que si leur famille a su se passer d’eux pendant un certain temps, ce n’est pas à eux à s’imposer… Et c’est alors que la rupture se crée, alors que pendant toute la détention, les relations ont été bonnes, ou pour le moins, acceptables et acceptées.
Comme tu le vois, rien n’est simple. Il est difficile, de part et d’autre, de bien faire, de savoir bien faire.
Cette réflexion t’apportera, peut-être, un éclairage « nouveau » sur ce que nous vivons psychologiquement parlant.
Les liens entre ceux du dehors et ceux du dedans sont durs à établir, à maintenir, à faire vivre avec sérénité et réalisme, mais, quoique l’on en pense, de part et d’autre, je pense qu’ils sont nécessaires et qu’ils doivent être favorisés pour permettre la survie des uns et permettre un retour dans de bonnes conditions.


---------------------------------------------

Rajout : Gens du dedans

C’est facile de juger et de cataloguer les détenus… Certes, chacun est responsable de ses actes. Mais dire que c’est bien fait, c’est facile…
Il faut des fois pas grand-chose pour que la vision des gens de dehors changent, lorsqu’ils viennent à l’intérieur. J’ai vu des musiciens, et j’ai discuté avec eux, ils ont trouvé sympa l’accueil que nous leur avons fait.

D’Alex, le 15 avril 2007


-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à TOP SERVICES, 7 Bld d’Alsace à 57070 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

28/03/2008

Initiation... en Prison

Initiation et/ou « échanges » :

Par nature, je sais écouter et je ne pose pas de question.
En prison, sache-le, et tu en comprendras la nécessité, c’est une attitude à avoir en permanence.
Pourquoi ? C’est simple. Tu ne connais pas celui avec qui tu parles, tu ne le connais que dans un milieu bien précis qui lui permet, s’il le souhaite, de te mentir sans que tu puisses le contredire.
En effet, tu ne le connaissais pas auparavant. Il est probable qu’après ta sortie, tu ne le rencontreras « jamais »… alors…
Bref, l’attitude à adopter est d’écouter. Pour ma part, dès les premiers jours, j’ai été initié par un « ancien » (pas en âge) qui m’a parlé ouvertement de l’attitude à prendre.
Il faut privilégier les « échanges » à deux. Un troisième peut mal interpréter et être un témoin gênant. Il faut écouter, ne pas se révéler, ne pas chercher à en savoir plus que ce que l’on te dit. Vivre avec la vérité donnée, même si on sent (d’intuition) qu’elle est fausse. Ne pas contredire, éviter donc tout conflit.
Ce premier échange sera peut-être le dernier ou le premier d’une longue suite, suivant le feeling qui passe ou ne passe pas d’où l’importance de ce premier contact qui doit te laisser toute ta « liberté » et ta vérité.
En prison, les échanges à deux ne sont pas proscrits, bien au contraire, ce sont les seuls que tu peux avoir. Tu es en cellule à deux. Le plus souvent, en promenade, tu marches avec un seul de tes co-détenus. Les conflits naissent toujours (souvent) lorsque la « galerie » est là… pour voir… pour arbitrer.

Humour :

« Dehors », l’humour est souvent un allié qui permet de faire passer beaucoup de critiques.
Pour ma part, en prison, j’ai toujours évité de l’utiliser comme moyen de communication, car très souvent, il peut être mal compris et provoquer l’effet contraire de celui escompté…
Au tribunal, lors du jugement, c’est une arme souvent utilisée par le juge ou le procureur pour déstabiliser le futur condamné… mais à quoi sert-il… lorsque l’on sait bien et que l’on est persuadé que tout jugement possède sa part de scènes théâtrales… qui n’a rien à voir avec une justice « vraie »… ?

Confidences :

Peut-on parler de confidences en prison ? Je ne sais pas trop. Pour ma part, je n’en ai pas faite ou à si peu de gars… Par contre, j’en ai reçu, et je crois que ma fonction d’écrivain et mon âge (avancé) en ont été la raison.
Celui qui s’adresse à toi, veut parler.
Veut-il être écouté ? Je ne suis pas sûr.
Veut-il être compris, pas certain.
Attend-il une réponse, je ne le crois pas.
Il veut parler et il parle, peut-être plus pour lui-même que pour toi.
Tu es là, tu en garderas ce que tu voudras.
Parfois, dans la même demi-heure, il se contredira. Peu importe. Son besoin n’est que de parler.
Si le feeling passe, tu pourras approfondir. Autrement, vous en resterez là. Pour ma part, j’en retirais ce qui m’était nécessaire pour l’aider, rien de plus.
Rentrer dans son intimité, je n’étais pas demandeur, loin de là.
D’ailleurs, à propos de certains que je côtoyais le plus, je me rends compte, avec le recul que je les connais fort peu. Je ne connais rien ou presque de leur affaire. Je me suis rendu compte qu’ils ne m’ont pas dit la vérité… et cela m’importe peu. J’ai fait un bout de chemin avec eux, en harmonie, et c’est la seule chose qui me semble importante.
Par contre, dans de (très) rares cas, les échanges ont été plus profonds.
Je dirai même qu’il y a eu un besoin réciproque de communication qui sera, à mon avis, déterminant pour notre avenir commun.

Il est difficile de prévoir, en détention, l’avenir d’une relation amicale qui y naît.
Cela peut être expliqué par le fait qu’il est difficile de revivre les moments passés, même s’ils n’ont pas été toujours tristes.
Je crois, par contre, qu’une relation vraie peut demeurer « dehors », si chacun y trouve ce qu’il y recherche. Pour l’un, ce peut être le besoin d’un soutien, pour un autre, ce peut être le besoin de donner et de recevoir ce qui lui a manqué, jusqu’alors.

Pour conclure sur cet aspect « relationnel », je te dirai que j’ai reçu des confidences « inimaginables » qui m’ont bouleversé. J’aurais bien voulu que ce soit de l’affabulation, mais, hélas, je crains (crois) fort que ce soit la vérité…

-----------------------------------------

Rajout : Initiation, Humour

Il faut se méfier de tout le monde et moins tu parles de toi et sur les autres, mieux tu te portes.
Les sujets de conversation… c’est des banalités.
Autrement, les gars sont nus, à vif et un rien pose problème.
On ne peut pas souvent rigoler, car les autres peuvent croire que tu parles d’eux et se moque et cela fait des histoires.
Quand tu veux délirer, il faut le faire sans témoins, entre potes.

D’Alex, le 16 avril 2007

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)
Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).
Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…
……..
Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent… et des solutions proposées…
A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.
Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…
……
Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à TOP SERVICES, 7 Bld d’Alsace à 57070 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique